Quels dangers à la reconversion pro ?

La reconversion professionnelle procure certains avantages mais aussi certains risques, certains dangers qu’il faut éviter si vous voulez que votre reconversion soit réussie. C’est donc précisément sur quoi nous allons nous pencher dans cet article, sachant qu’une reconversion n’est pas quelque chose d’anodin. Nous souhaitons vous accompagner et vous apporter un peu de sérénité dans votre démarche. 

Nous savons ce que représente une reconversion pro parce que nous sommes passés par là avec Vincent. Et pourtant ! C’était plus simple pour nous à ce moment-là, car nous n’avions pas encore d’enfant. Donc si on se plantait, il n’y aurait pas eu de répercussions sur notre famille.

D’ailleurs, on a écrit un article expliquant pourquoi nous nous sommes reconvertis si vous souhaitez en savoir plus sur notre propre reconversion. 

Ce que nous allons aborder au cours de cet article : 
1. Définir ses besoins 
2. Idéaliser un métier 
3. Le risque 0 
4. Le plus gros risque 

Définir ses besoins

La première chose c’est de savoir ce qu’on veut. Exemple : vous avez besoin de plus d’indépendance. Dans ce cas là, se diriger vers un job salarié n’est peut-être pas la meilleure solution, vous devriez envisager l’entrepreneuriat. 

Quand on est salarié, il faut arriver et partir du bureau à des heures précises. Pareil pour les vacances, il n’y a pas de place pour l’improvisation. 

Un (e) entrepreneur (e) est capable de concilier vie de famille et carrière professionnelle parce qu’il n’a pas de patron ni de contraintes de temps. Anthony et Aurore nous parlent justement de la liberté qu’ils ont trouvé à travers le closing. Attention tout de même à ce que le pro n’empiète pas sur le perso et vice versa, surtout lorsqu'on travaille depuis chez soi !  

Du coup, si vous savez que les contraintes horaires sont un problème dans votre emploi actuel, il est dommage de se reconvertir dans un autre job salarié qui ne vous offrira pas plus de liberté. Il faut donc savoir ce qu’on veut obtenir à travers sa reconversion. 

D’autre part, dans le salariat, vous avez une sécurité financière puisque vous percevez un salaire fixe tous les mois. De plus, vous avez une deuxième sécurité avec le droit au chômage. 

En revanche, l’entrepreneuriat est un chemin plus sinueux parce que vos revenus ne sont pas stables et dépendent de vos compétences mais aussi de beaucoup d’autres facteurs. 

Par contre, oubliez le plafond financier pour les entrepreneurs. 

Si votre besoin principal est monétaire, il faut se poser la question : Est-ce qu’une petite augmentation tous les ans me suffit ? Est-ce que changer de boîte remplira mon besoin ? Est-ce que j’aimerais changer de métier ? Est-ce qu’il faut que je change de statut ? 

En fait, il faut identifier les raisons pour lesquelles on voudrait se reconvertir pour voir le domaine qui correspond le mieux à nos besoins. 

Le risque d’idéaliser un métier 

Lorsqu’on se lance dans une reconversion, il existe également le risque de se tromper de voie en ayant une vision biaisée du métier auquel on aspire. Sur le coup des émotions, on peut très vite idéaliser un métier en s’imaginant que c’est LE métier parfait. Malheureusement, il n’existe pas de métier comportant aucun inconvénient, et il faut en être conscient. 

De fait, une solution à ça est de vérifier soi-même. Autrement dit, d’abord faire des recherches en amont sur internet, lire des articles, regarder des interviews, etc… 

Ensuite, si vous en avez la possibilité, allez voir directement ce qui se passe sur le terrain à l’aide d’un stage d’observation par exemple. Cela vous permettra d’avoir une idée très claire des tenants et aboutissants du métier. Alors oui, cela demande de l’énergie, cela demande parfois de sortir de sa zone de confort. 

Par exemple, si le métier de closer vous intéresse, notre groupe Facebook vous est grand ouvert ! 

Par ailleurs, le phénomène d’idéalisation n’est pas valable seulement pour les personnes qui se reconvertissent au bout de 5/ 10 ans dans un secteur d’activité. 

Pensez-y, un étudiant au lycée se dit qu’il veut faire tel métier en ayant fait des recherches sur le salaire et les études qu’il faut réaliser. Puis il va se lancer dans plusieurs années d’études avant de réellement exercer le métier en question et avant de se rendre compte qu’il n’est pas heureux. On peut dire que cet étudiant a idéalisé un métier parce qu’en réalité ce métier ne lui convient pas. Des exemples comme ça il y en a plein. 

D’après un sondage de Nouvelle vie pro, 9 français sur 10 ont envie de changer de métier et par extension de vie. 

On en conclut que ce n’est pas toujours un problème d’idéalisation, c’est aussi le fait d’évoluer, d’avoir d’autres besoins et d’autres envies au cours du temps et c’est tout à fait normal. 

Le risque 0 n’existe pas 

Oui, il y a toujours un risque donc si vous attendez que le taux de risque soit nul avant de vous lancer dans votre reconversion vous allez attendre très, très longtemps. 

Même si vous êtes aller voir quelqu’un exercer le métier auquel vous aspirez et que vous êtes persuadé que c’est fait pour vous, il y a le risque de ne pas être performant ou le risque de vous ennuyer au bout de quelques mois parce que votre nouveau métier est monotone. 

Donc il faut se dire : Qu’est ce que je fais dans ces cas là ? Si vous aviez un job salarié ou que vous êtes assez jeune, finalement ce n’est pas la catastrophe lorsque votre reconversion ne se passe pas comme prévu. Vous pouvez soit reprendre un job similaire dans le salariat soit reprendre des études dans un secteur différent. 

Donc oui il y a un risque de se planter, mais regardez aussi les bénéfices que vous pouvez potentiellement avoir suite à une reconversion réussie dans laquelle votre activité procure plaisir et bien-être ! 

Le plus gros risque 

Dans certaines situations, le plus gros risque c’est de ne rien faire. Ne pas entamer sa reconversion professionnelle représente le plus gros risque que peuvent encourir certaines personnes. 

Les personnes qui sont le plus sujet à ce risque sont celles qui ne sont vraiment pas à l’aise dans leur emploi actuel. Les personnes qui ont la boule au ventre le matin avant de se rendre au bureau. Les personnes étant extrêmement fatiguées physiquement et/ou mentalement par leur boulot. Vous savez, quand votre corps vous fait passer le message comme quoi ce n’est plus possible de continuer. 

Écouter son corps est très important avant que celui-ci vous oblige à arrêter toute activité par le biais d’une grosse grippe ou carrément d’un burn out.  

Conclusion 

En résumé, oui il y a des dangers à la reconversion. Néanmoins, ce sont des choses qu’il faut relativiser car du moment ou vous envisagez une reconversion professionnelle, alors cela veut dire que votre situation actuelle ne vous convient plus. 

Si vous avez besoin de clarifier tout ça, on vous conseille de faire un bilan de votre situation avec un de nos closers qui saura être à l’écoute et vous conseiller au mieux. 

Cliquez ici pour faire le bilan de votre situation. 

Julie LEPAGE
Co-fondatrice de Closer Evolution®
“Ma mission est de dépoussiérer les anciens codes de la vente et de vous permettre de vous y reconvertir professionnellement, pour pleinement vous y épanouir.”

Partager :
Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *